Livraison offerte dès 150€ d'achat

Fast fashion et slow fashion : et si on consommait de manière plus responsable ?

slow fashion

La fast fashion est un modèle de production de vêtements qui se caractérise par une production rapide de grandes quantités de vêtements à des prix bas. Les vêtements fast fashion sont souvent fabriqués dans des pays en développement où les salaires sont bas et les conditions de travail sont difficiles, avec des matériaux de mauvaise qualité. La fast fashion est un modèle commercial problématique pour un certain nombre de raisons.

Premièrement, elle est associée à des conditions de travail dangereuses et à des salaires bas pour les travailleurs du vêtement.

Deuxièmement, la fast fashion est particulièrement polluante, les vêtements sont souvent fabriqués avec des teintures nocives pour l'environnement et des matériaux de mauvaise qualité, ils ne sont pas conçus pour durer, ce qui entraine un grand nombre de déchets.

Troisièmement, la fast fashion encourage la surconsommation, les consommateurs sont incités à acheter toujours plus de nouveaux vêtements avec la sortie permanente de nouvelles collections (Zara va par exemple renouveller ses rayons 24 fois par an), avec des soldes et ventes privées à n'en plus finir pour se décharger des énormes surplus de stocks. La répétition de ce processus années après années peut coûter cher à la planète, on estime que 2% des émissions de gaz à effet de serre mondiales proviennent du secteurs de la mode et si les tendances d'achats se poursuivent, cette part pourrait atteindre 26% en 2050 !

 

La slow fashion est un mouvement qui s'oppose à la fast fashion. Elle préconise une production de vêtements plus durable et éthique. Les vêtements slow fashion sont souvent fabriqués dans des matériaux de qualité et dans des conditions de travail justes. Elle est associée à un certain nombre d'avantages, notamment la réduction de l'impact environnemental, l'amélioration des conditions de travail et la promotion d'une consommation plus responsable. 

 

Voici deux exemples d'ultra fast fashion : Shein et Temu.

Shein est une entreprise chinoise de fast fashion qui vend des vêtements, des chaussures, des accessoires et des articles de maison à bas prix, vous pouvez compter en moyenne 7€ pour un article. Shein est connue pour sa large sélection de vêtements tendance et sa livraison rapide dans 150 pays à travers le monde. Cependant, Shein a été critiquée pour ses mauvaises conditions de travail, ses problèmes de durabilité et ses pratiques commerciales douteuses.

Plusieurs exemples précis de faits qui devraient vous dissuader de vous offrir leurs produits : 

  • La surproduction : Shein vend des dizaines de milliers de référence rien que pour les femmes, 1,2 millions de vêtements seraient produits chaque mois ! 
  • Les conditions de travail : L'essentiel des vêtements vendus serait fabriqué par des ouvriers et ouvrières chinois qui travailleraient jusqu'à 12h par jour avec un seul jour de congé par mois selon une étude de l'ONG suisse Public Eye datant de novembre 2021. 
  • Les risques sanitaires et environnementaux : Selon un rapport de Greenpeace, sur 47 produits Shein testés 15% contenaient des produits chimiques dangereux qui dépassent les limites réglementaires de l'UE et 32% en contenaient à des niveaux préoccupants, notamment des taux élevés de phtalates dans les chaussures et de formaldéhyde dans les robes de petites filles. L'entreprise enfreint les réglementations environnementales de l'UE sur les produits chimiques sans parler de la mise en danger des travailleurs et consommateurs.

 

Temu est une autre entreprise chinoise de fast fashion qui a été lancée en 2022. La marque pourtant très récente a déjà séduit 900 millions d'utilisateurs et comptabilisé 61 milliards de commandes grâce à ses prix défiants toute concurrence. Elle est similaire à Shein en ce qu'elle vend, une large sélection de vêtements à bas prix. L'entreprise a d'ailleurs été accusée de copier les produits de Shein (elle même accusée de copier des petites et grandes entreprises occidentales) et d'utiliser des pratiques commerciales anticoncurrentielles. Les conditions de travail ne valent guère mieux, un rythme de 14h par jour pour un salaire mensuel de 645€, et tout comme dans le cas précédent des tests ont révélé de nombreux problèmes au niveau des produits, des jouets non conformes dangereux pour les enfants par exemple.

Attention : il ne faut pas croire que seules les entreprises chinoises sont en cause, ces deux exemples d'ultra fast fashion sont marquants mais d'autres entreprises auraient pu être citées à plus ou moins grande échelle comme Amazon, le groupe Inditex (Zara, Pull and Bear, ...), le groupe H&M, le groupe Boohoo et bien d'autres.  

Comment consommer mieux ? 

Se plaindre des grands méchants de la fast fashion c'est facile, mais quelles solutions s'offrent à vous ?

  • Acheter local : Priviligions des marques qui font fabriquer leurs produits dans notre pays de résidence ou dans les pays voisins pour éviter les emissions dues aux transports, et si la marque achète ses matières premières, packagings, fournitures, ... en circuit court c'est encore mieux ! 
  • Préférer les enseignes utilisant des stocks dormants et/ou adeptes de l'upcycling : le monde regorge de belles matières mais l'on continue d'en produire en énorme quantité, focalisons-nous sur des tissus existants, qu'ils soient sous forme de rouleaux ou qu'il s'agisse d'une vieille couverture transformée en manteau. 
  • Prendre soin de ses vêtements : Pour qu'un vêtement dure longtemps il faut en prendre soin, respecter les instructions de lavage, éviter le sèche linge, laver les pièces les plus délicates (comme la lingerie) dans un filet. Mieux notre vêtement est entretenu moins nous aurons besoin d'en racheter.
  • Réparer les petits défauts : Un bouton est tombé, une couture s'est défaite, un petit trou est apparu ? Pensons à les faire réparer. Et si nous ne souhaitons pas payer quelqu'un pour ça il existe désormais plein de tutos faciles à comprendre sur internet pour réparer ces petits problèmes fréquents. 
  • Recycler les vêtements que nous ne portons plus : Il existe plein de façons de vendre ou donner les pièces que nous ne mettons plus, Vinted, des bourses aux vêtements, nous pouvons les donner à des associations, ... Si vous avez des talents de couturière ou que vous connaissez quelqu'un, vous pouvez (faire) transformer la plupart d'entre eux.
  • Eviter de surconsommer : en France nous achetons en moyenne 10 kg de textiles et chaussures par an, pourtant 68% de notre garde robe n'a pas été portée dans les 12 derniers mois. Favorisons des pièces que nous sommes sûr(e) de porter, qui nous plaisent vraiment, dont nous avons besoin.

En faisant des choix plus durables en matière de mode, nous pouvons aider à protéger l'environnement et les travailleurs du monde entier.

Evidemment la mode durable coûte généralement plus cher qu'un t-shirt à 2€, certains n'ont donc pas le choix. Cet article cherche à mettre en lumière certains enjeux.  La décision finale dépend de nos priorités, de nos moyens et de nos valeurs en tant que consommateur. Encourageons une consommation responsable et réfléchie, quelle que soit notre approche de la mode. Si chacun arrive à faire un geste à son échelle, l'avenir n'en sera que meilleur.

2023530_170337

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Boutique propulsée par Wizishop

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

J'ai déjà un compte,